La smart city par Bordeaux Métro Pulse

Le Pulse

Smart city, ville numérique, green city, connected city, éco-cité, ville durable… Les termes sont nombreux pour désigner la ville intelligente. Mais au final, qu’est ce que c’est une smart city ?

L’utilisation de la donnée : un critère indispensable

Une smart city c’est quoi ? Principalement, c’est une ville utilisant les NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) pour améliorer la qualité des services urbains, faire des économies d’énergie et répondre plus efficacement aux besoins des citoyens à l’aide de données ou autrement dit la Big Data.

Afin de pouvoir exploiter toute cette data, il faut parvenir à récupérer ces données de façon précise, les trier, les classer et les gérer avant de pouvoir les remettre à disposition des services pour les usagers de la ville.

L’étape suivante consiste alors à libérer complètement ces données produites par la collectivité sous forme d’Open Data, ceci se fera au travers d’une plateforme digitale permettant l’utilisation des données par des tiers.

Certaines collectivités ont déjà commencé à mettre en pratique cette méthode dont Bordeaux qui vise à offrir de nouveaux services et de nouveaux usages aux nombreux acteurs de sa collectivité.

Un objectif : développer dans les villes de nouveaux services performants

En 2050, entre 70 % et 75 % de l’humanité vivra dans des villes. Il est donc indispensable que celles-ci améliorent à la fois leurs moyens de transport, leurs émissions polluantes pour ne pas devenir invivables pour leurs habitants. Le digital apparait de plus en plus comme une solution indispensable à la ville de demain. D’où l’objectif de la smart city. D’ici 2020, ce marché pourrait même atteindre une valeur de 400 milliards de dollars.

La transparence vis-à-vis des citoyens

Une smart city a tout intérêt à ne pas se priver de l’intelligence collective de ses citoyens. Les habitants collaborent en générant des données automatiquement. Les villes doivent sensibiliser les citoyens à l’empreinte environnementale ainsi qu’à une éducation au numérique.

Aujourd’hui, les solutions digitales se multiplient pour concrétiser cette idée de participation citoyenne. Une ville dans laquelle les citoyens prennent en charge eux-mêmes l’amélioration de leur quotidien sera forcément plus accueillante pour les touristes et les nouveaux résidents.

« Il faut tout d’abord que nous, usagers et citoyens, ayons confiance. Cela passe par la sécurisation des données, pour leur confidentialité, afin d’éviter que quelques acteurs en prennent le contrôle pour imposer leur gouvernance et leur accès avec une sécurisation à tout niveau. » — Emmanuel François, président de la Smart Buildings Alliance for Smart Cities.

Le rôle des living-lab

Un living lab regroupe des acteurs publics, privés, des entreprises, des associations, des acteurs individuels, des chercheurs dans l’objectif de d’inventer, de prototyper et de tester des services, des outils ou des nouveaux usages pour les villes. Ces living-lab permettent donc à une population d’influer sur les évolutions de notre société et d’en appréhender les enjeux sociaux, technologiques et économiques. On y retrouve notamment Bordeaux Métro Pulse, Le Tuba, Urbee et bien d’autres.

On peut résumer cet article avec cette une vidéo simple et très explicative du sujet :

Leave a Reply